Tao Te King 31

TRENTE ET UN

Re-construction des textes de Conradin Von Lauer, Stanislas Julien, Stephen Mitchell et Père Wieger librement faite par Marc

Les armes les plus belles ne sont que des engins de mort.
Tous les hommes honnêtes les détestent.
C'est pourquoi celui qui suit la voie du Tao en détourne ses regards.
En temps de paix, le sage estime le Yin ; en temps de guerre, il estime le Yang.
Les armes sont des instruments de la peur ; ce ne sont point les instruments du sage.
Il ne s'en sert que lorsqu'il ne peut s'en dispenser, et met au premier rang la paix et l'haromonie. 
S'il triomphe, il ne s'en réjouit pas. S'en réjouir, c'est aimer à tuer les hommes.
Celui qui aime à tuer les hommes ne peut réussir à régner sur l'empire.
Dans les événements heureux, on préfère le Yin ; dans les événements malheureux, on préfère le Yang.

Ainsi la guerre se conduit comme des funérailles, gravement, avec tristesse et grande compassion. 
Le chef triomphant préside au festin de la victoire comme s'il assistait à l'office funèbre de ceux qu'il a fait tuer. Car ayant fait tuer beaucoup d'hommes, il doit maintenant en porter le deuil.

31. 

Interprétation proposée par Pascale

Les seules vraies victoires sont celles que l'on a envers si-même. Toutes les autres sont à considérer avec prudence car seul l'ego peut nous pousser à nous en réjouir.

UQN TTK1

Interprétation proposée par Eric 
Tao Te King n° 31